ecowasUn sommet des chefs des Etats de la communauté s'est tenu le 17 octobre 2009 et a pris des mesures relativement importantes sur les problèmes de la Guinée et du Niger. Mais moins que la portée de ces mesures, c'est la volonté affichée de faire respecter les différents textes régissant l'institution qui a retenu l'attention. Il s'agit là d'un signal politique qui jette une lumière sur l'ambition de la CEDEAO à s'occuper en premier des problèmes internes à la communauté. Et ces problèmes sont nombreux. En dehors des problèmes politiques, il y a des défis économiques, monétaires et financiers énormes. Il existe un projet de création d'une seule monnaie pour l'ensemble des Etats.

Pour ce qui nous concerne, nous avons juste souhiaté profiter des feux qui sont actuellement lancés sur cette organisation sous-régionale pour faire une petite étude comparative de la situation de la bancarisation dans les différents Etats membres. Cette étude montre le retard des pays de l'UEMOA par rapport aux autres en matière de densification des réseaux bancaires. Au sein de la CEDEAO, le Cap Vert s'est révélé  être, de très loin, le pays le plus bancarisé. Il a une densité de 154 agences pour un million d'habitants suivi par la Gambie avec 30 agences pour un million d'habitants. Le Niger et la Guinée-Bissau sont les pays les moins bancarisés de la communauté.

Lire l'article bancarisation_cedeao