benin_drapeauDepuis quelques mois, les actes de grand banditisme se sont multipliés à Cotonou, la capitale économique du Bénin, laissant la population dans une certaine psychose. Les titres des journaux qui relatent ces évènement regrettables suffisent amplement pour nous édifier. En effet, le journal en ligne « afrik.com » affichait le 22 novembre 2008 : ''Braquage sanglant au Bénin: « Hollywood » s'invite à Cotonou''. Etaient visées dans cette expédition sanglante deux agences bancaires situées dans le plus grand marché du pays, dantokpa. Le 10 janvier 2009, c'était « afriquejet.com » qui titrait ''Un braquage fait deux morts et une dizaine de blessés à Cotonou''. Le mobile de ce vol était un sac de cambiste contenant la somme de 2 millions de FCA.  Le 17 novembre 2009, le quotidien « Le Matinal » affichait  ''Braquage à mains armées à Atinkanmey: Panique et débandade hier à Cotonou''. Une opération avait alors été menée par les malfrats pour déposséder une boutique de sa recette journalière. Le même quotidien annonce le 8 décembre 2009, ''Braquage hier à houéyiho: deux blessés graves , 700.000 FCFA et des téléphones portables emportés''.   L'article indique qu'il s'agit en l'espace de cinq (05) jours, du deuxième acte du genre dans l'arrondissement concerné.

Un seul mobile : l'argent liquide

Le seul et unique mobile de tous ces actes crapuleux reste et demeure le gain facile et plus précisément le gain de l'argent liquide. La monnaie fiduciaire est une denrée de première nécessité dans le fonctionnement de l'économie béninoise. La plupart des transactions courantes se dénouent avec du cash. billetDans les marchés et boutiques de la capitale économique, tout se vend et s'achète avec de l'espèce. Du petit sachet d'eau à la maison d'habitation en passant par les bijoux, les habits, les appareils électroménagers, les matériaux de construction ..., tout est négociable avec des billets de banque, sans aucune limitation. Ainsi une boutique quelconque peut se retrouver avec une caisse de plusieurs millions de franc CFA en fin de journée.

Quel dispositif sécuritaire peut enrayer le phénomène?

Nous pensons qu'il n 'existe aucun dispositif sécuritaire qui puisse définitivement enrayer ce phénomène dans la capitale économique et au delà dans le pays. Toutes les grandes artères de la capitale sont bordées de boutiques de vente, ayant des caisses qui se remplissent à des degrés divers tous les soirs. Les retraits fréquents d'argent liquide  à nos nombreux  guichets bancaires et de montant important ne sont pas sécurisables par les forces de l'ordre. Les gangsters adaptent leur mode opératoire au dispositif sécuritaire qu'ils pressentent sur le terrain où ils veulent opérer. L'armée, la gendarmerie, la police nationale ont certes encore des marges de manoeuvre pour essayer d'endiguer autant que possible ce banditisme de grand chemin. Mais nous pensons que le salut est à rechercher ailleurs.

Seule solution viable: bancarisation et utilisation des moyens scripturaux de paiement.

La seule solution qui nous paraît la plus sure et la mieux adaptée à ce problème est la promotion de la bancarisation et l'utilisation des moyens scripturaux de paiement. L'argent non liquide élimine l'appât du braqueur. L'utilisation des chèques, effets et cartes bancaires pour le règlement des transactions est l'arme idéale pour mettre fin à aux actes hollywoodiens de mauvais goût dans nos cités. Nous avons pleinement conscience des difficultés monstrueuses à résoudre pour que ce rêve devienne une réalité. Mais nous nous devons cet effort au nom de nos parents, frères, soeurs et amis qui ont laissé leur vie dans ces drames. Nous nous le devons pour une meilleure sécurisation de nos villes et campagnes. Le cadre juridique existe. Il suffit ''simplement'' de faire appliquer les textes. Nous devons arrêter de sacrifier notre sécurité collective sur l'autel de la crainte individuelle des chèques impayés. Chaque acteur économique doit prendre conscience de sa responsabilité. Quant aux autorités, elles ont l'impérieux devoir de travailler à asseoir la confiance des agents économiques dans les moyens de paiement scripturaux.