UemoaDans la plupart des Etats de l'UEMOA, il existe un Médiateur de la République qui traite des différends entre les citoyens et l'administration publique. Cette institution de médiation se révèle vitale pour la résolution des problèmes courants des administrés. Elle est sollicitée dans chaque pays, par tout citoyen se sentant lésé dans ses relations avec l'administration.

N'est-il pas possible que cette idée soit transposée à l'échelle plus réduite du secteur bancaire? La réponse va de soi. C'est bien possible et d'ailleurs, souhaitable que la médiation bancaire soit instituée pour répondre, au besoin incommensurable de la clientèle bancaire qui ne cesse de ronchonner à tort ou à raison.  Les pays de l'UEMOA n'auraient nullement innover en recourant à des médiateurs. Ils existent sous d'autres cieux et, font un travail de fourmi pour satisfaire les clients injustement recalés pour une demande de crédit ou de moyen de paiement. Nous pouvons citer l'exemple du Médiateur du crédit aux entreprises en France qui aide les TPE et les PME-PMI, à renouer ou garder une relation bancaire saine en vue d'un financement adéquat de leurs activités.

Nous proposerions que chaque pays de l'UEMOA, se dote d'un médiateur bancaire qui se mettra à l'écoute de la clientèle et, l'aidera à trouver son chemin sur le marché bancaire qui s'élargit sans cesse. Les banques ont de moins en moins des tailles "humaines". Elles deviennent de plus en plus, de véritables industries en quête permanente de profit.  L'automatisation  est également en cours, avec son corollaire de réduction de la relation humaine dans la gestion des comptes.

Il faut dire qu'actuellement ,la Banque Centrale fait office d'un médiateur à qui des plaintes peuvent être adressées par les clients des institutions bancaires. Le règlement sur les systèmes et moyens de paiement (R15) identifie expressément l'Institut d'émission comme, institution de recours en cas de difficultés pour un citoyen de l'Union à exercer son droit d'accès au compte bancaire. La création d'un médiateur bancaire par pays permettrait, à la banque mère de se dessaisir de cette tâche pour, se concentrer davantage sur son objectif principal de lutte contre l'inflation, tel que stipulé par la réforme institutionnelle récemment mise en vigueur.

Au delà du souhait d'une médiation bancaire au niveau national, chaque institution bancaire  pourrait également se doter d'un médiateur pour gérer les conflits avec sa clientèle. Cela créerait une belle dynamique et  contribuerait à la fidélisation de la clientèle.