madagascarmidi-madagasikara.mg - De plus en plus de particuliers et de professionnels ont maintenant recours au crédit bancaire

Effets néfastes de la crise ou facilités d’accès offertes par les banques ? En tout cas, le fait est qu’actuellement, les banques enregistrent une certaine augmentation du recours au crédit bancaire. « Les demandes de crédit augmentent aussi bien en nombre qu’en montant » déclare le responsable d’une agence d’une banque primaire dont 80% des clients sont des particuliers, 15% des professionnels et 5% des organismes publics nationaux ou internationaux.

Moyenne. En tout cas, même si elle peut être associée à un besoin d’argent des ménages pour faire face à la crise, cette embellie est bénéfique pour le système bancaire en particulier et pour l’économie en général. L’on apprend d’ailleurs que le taux de bancarisation est actuellement en augmentation. Selon les dernières statistiques de la Banque Centrale, le taux de bancarisation est de 3% à Madagascar. Il s’agit en fait d’un taux déterminé en fonction du nombre de titulaires de compte bancaire par rapport à l’ensemble de la population. Cependant si l’on se réfère à la pratique internationale qui consiste à fixer le taux de bancarisation par rapport au nombre de ménages, ce taux est en fait de 17% environ. Un taux qui correspond à la moyenne dans les pays de l’Afrique subsaharienne. A noter qu’actuellement, le taux d’intérêt bancaire se situe aux alentours de 18%, alors que le taux de base pratiqué par la Banque Centrale est de 14,75%.

Offres alléchantes. En tout cas, la concurrence qui règne actuellement au niveau du système bancaire est en partie à l’origine de cette augmentation du taux de bancarisation. Les banques primaires rivalisent actuellement   de créativité pour augmenter le nombre de leurs clients. Pour leur part ces derniers ont l’embarras du choix par rapport aux multiples offres aussi alléchantes les unes que les autres. D’un autre côté, les institutions de microfinance se développent. Globalement la capacité de remboursement des emprunteurs est moyenne, surtout en matière de crédit aux particuliers. « On a rarement recours aux saisies des biens des clients insolvables car on trouve toujours un autre moyen de les faire payer » selon un banquier. Un fait qui confirme que malgré la crise, le système bancaire malgache est encore en bonne santé.

R.Edmond